You are here

"Je me réjouis de pouvoir soutenir les prochaines améliorations des moyens de subsistance en milieu rural"

News

Jennifer Blanke a récemment rejoint notre conseil d'administration. Nous avons pris le temps de discuter avec elle de différents sujets tels que les financements dans l’agriculture, ainsi que la direction que prend le Fondation. Elle nous a également parlé de son parcours professionnel et de ce qui l'occupe actuellement. (Lire la version Anglaise)

 

Fondation Syngenta : Bienvenue ! Comment s'est passé votre retour en Suisse ?
Jennifer Blanke : C'est super d'être de retour. Jusqu'à l'été dernier, je vivais à Abidjan, en Côte d'Ivoire, où j'ai beaucoup apprécié les gens, la culture, le climat et la nourriture. Mais la pandémie a fait que je me suis retrouvée soudainement enfermée toute seule pendant plusieurs mois, séparée de ma famille. Ce fut un soulagement de rentrer en Suisse et de retrouver tout le monde. Une chose qui m'a aussi manqué à Abidjan, c'est le changement de saison. J'ai vraiment apprécié de voir les feuilles changer de couleur cet automne en Suisse - mais peut-être est-ce aussi dû à la monotonie de l'enfermement !                           

A Abidjan, vous avez travaillé pour la Banque Africaine de Développement (BAD). Avant cela, vous étiez au Forum Economique Mondial (WEF). Que pouvez-vous nous dire sur votre rôle là-bas ?
Je suis économiste du développement et je me suis concentré pendant de nombreuses années sur les questions liées à la croissance et au développement. Au WEF, j'ai supervisé des recherches et des programmes sur des questions telles que la compétitivité économique et les risques mondiaux. Mon objectif était de rendre compréhensibles des questions complexes. Notre équipe a aidé les dirigeants à comprendre sur quoi se concentrer, par exemple sur l'amélioration des marchés ou de l'éducation. La participation de haut niveau au WEF en fait une plateforme incroyable pour changer les mentalités afin de stimuler un changement positif.

En quoi cela diffère-t-il de vos tâches à la BAD ?
J'étais plus liée au développement économique sur le terrain. Je supervisais les prêts et les programmes de la Banque dans de nombreux secteurs. Il s'agissait notamment de l'agriculture et de l'agro-industrie, de l'eau et de l'assainissement, de l'éducation et de la santé, mais aussi des questions transversales de l'égalité des sexes et de la création d'emplois. Il était particulièrement satisfaisant de voir comment les efforts de la Banque touchaient directement la vie des Africains.

Vous travaillez maintenant avec une compagnie d'assurance. Qu'est-ce qui vous fascine particulièrement ici?
Je suis directrice non exécutif chez ARC Ltd. C'est la filiale financière d'African Risk Capacity, une agence de l'Union Africaine. Nous aidons les pays africains à développer la gestion des risques et à mieux se préparer aux catastrophes naturelles. La gestion des risques est essentielle pour renforcer la résilience. ARC Ltd. fournit une partie importante de la solution - et ses versements soutiennent les revenus des ménages, par exemple à la suite d'une sécheresse. Ces fonds parviennent aux bénéficiaires bien plus rapidement que ne le permet l'aide humanitaire. Le contrôle est entre les mains des Africains et des institutions africaines, plutôt que des agences internationales. Je suis un partisan des solutions fondées sur le marché pour les défis du développement. Je trouve également très convaincant que l'ARC soit une solution africaine à un défi africain.

Qu'est-ce qui vous a incité à rejoindre notre conseil d'administration ?
J'aime beaucoup l'approche de la Fondation en matière de développement. L'agriculture est la clé du développement dans de nombreuses régions du monde, et certainement dans celles où la Fondation est active. Un grand défi est que, dans de nombreux pays, la productivité agricole est encore au niveau préindustriel. Les technologies et le savoir-faire disponibles pourraient faire une grande différence, mais ils ne parviennent pas encore à tous les petits exploitants. La Fondation s'étend du travail de Recherche & Développement aux marchés et elle travaille en partenariat avec des acteurs clés, y compris le secteur privé. Cela a déjà un impact mesurable. Je me réjouis de rejoindre le conseil d'administration pour soutenir les prochaines améliorations des moyens de subsistance en milieu rural.

Vous nous rejoignez à un moment particulièrement difficile. À quoi ressemble le succès pour vous en ce moment ?
Le monde est confronté à de nombreux défis, dont le moindre n'est pas la pandémie. Le virus du COVID-19 limite les ressources et amène chacun à réévaluer ses priorités et ses idées préconçues.  Pourtant, chaque crise est aussi une opportunité. Il est de plus en plus reconnu que "les choses ne peuvent pas continuer comme elles l'ont étés". La Fondation a un rôle important à jouer pour faire évoluer les mentalités et plaider en faveur d'un investissement dans une agriculture durable et inclusive. Des billions de dollars des contribuables sont actuellement consacrés au soutien des économies et des entreprises traditionnelles. Au moins une petite partie de cet argent devrait aller à des modèles d'entreprise plus durables et plus inclusifs soutenant les systèmes alimentaires. Ce serait une réussite !

Comment voyez-vous l'évolution de notre Fondation à long terme ?
Je vois plusieurs voies parallèles. L'une d'elles consiste à devenir encore plus autonome financièrement, en partenariat avec d'autres acteurs clés du développement et de l'agriculture. Une autre consiste à orienter les petits exploitants vers des activités à plus forte valeur ajoutée, en appliquant les technologies et les connaissances les plus récentes. Les domaines sur lesquels j'aimerais personnellement que l'on se concentre davantage sont la nutrition et les solutions adaptées aux besoins des femmes. Cela permettrait à la Fondation et à ses bénéficiaires de s'appuyer sur des bases plus solides. Il sera également important de pousser encore plus loin l'exploitation de l'incroyable ingéniosité des jeunes. Ils ont d'excellentes idées d'entreprises sociales et durables, mais ils ont besoin d'un soutien technique et financier pour les concrétiser.

Vous avez également une solide expérience dans le développement économique et avez été à la tête de grandes équipes multiculturelles. Comment pensez-vous que nous en bénéficierons à la Fondation ?
Au cours de mes différentes expériences professionnelles, j'ai fait ou essayé de faire beaucoup de choses que la Fondation cherche à réaliser. Je suis ravi d'apporter mon expérience pour aider les équipes à y parvenir. Mon approche systémique peut aider à éviter la pensée cloisonnée qui empêche certaines initiatives de développement de réaliser leur plein potentiel.

"Le ton", dit-on, "est donné au sommet".  Quel est votre avis ?
C'est vrai, tant pour les valeurs que pour la culture des organisations. Je ne demanderais jamais à un membre de l'équipe de faire quelque chose que je ne serais pas prête à faire moi-même. J'aurai toujours à cœur les intérêts de l'institution et des bénéficiaires. Il est tellement important que les cadres supérieurs et les membres du conseil d'administration donnent l'exemple. C'est particulièrement important pour ces derniers, car les conseils d'administration sont responsables en dernier ressort de leur organisation.

Obtenir un financement dans le domaine agricole est actuellement plus difficile que pour certains autres domaines. Comment pensez-vous que la Fondation puisse mobiliser davantage de ressources ?
Le financement et les autres investissements suivent les bonnes idées et les travaux qui ont un impact. La Fondation doit répondre clairement aux besoins sur le terrain par des analyses solides et des innovations de valeur. Elle est bien placée pour plaider en faveur d'une agriculture durable et inclusive et pour impliquer des partenaires clés afin d'amplifier l'impact.

Qu'est-ce que vous aimez le plus faire pendant votre temps libre ?
Passer du temps avec ma famille. Nous avons deux adolescents ; ils vont bientôt vivre leur propre vie, alors je savoure le moment. En temps normal, j'ajouterais aussi le temps passé avec de bons amis. C'est un peu un défi en ce moment. J'aime aussi beaucoup lire, surtout les romans qui sont une excellente évasion vers d'autres temps et d'autres lieux. Et je suis une fervente coureuse, ce que j'apprécie particulièrement par beau temps. Cela m'a aidé à rester saine d'esprit pendant ces moments difficiles !