You are here

Riz: jeunes entrepreneurs saisissent opportunités

Recent News
14.10.2020

Trouver un emploi en tant que jeune est difficile dans la plupart des pays. Dans les zones rurales d'Afrique de l'Ouest, cela peut sembler une tâche sans espoir. Mais une initiative récente dans le domaine du riz prouve que le changement est possible.

(English version)

En Afrique de l'Ouest, le chômage des jeunes reste une préoccupation majeure. Il s'agit d'un défi majeur pour la plupart des gouvernements de la région. Dans les zones rurales du Mali et du Sénégal, le manque d'emplois pour les jeunes est l'une des principales causes de l'exode vers les villes et de l'émigration vers l'Europe. C'est une ironie cruelle : les jeunes sont par nature les entrepreneurs les plus probables. Ils sont souvent dynamiques et désireux d'innover ; ils adoptent rapidement les nouvelles technologies et sont généralement prêts à prendre des risques importants.

Comment sortir de ce dilemme ?

Le riz est devenu une culture stratégique en Afrique de l'Ouest. De nombreux pays, dont le Sénégal et le Mali, ont défini de solides politiques d'autosuffisance. L'augmentation de la production et la modernisation de la chaîne de valeur du riz permettront de réduire la dépendance à l'égard des importations et d'accroître la sécurité alimentaire. Elle devrait également offrir des possibilités d'emploi plus intéressantes aux jeunes et réduire ainsi l'exode rural.

Les femmes et les jeunes sont impliqués dans chaque maillon de la chaîne de valeur. Les jeunes travaillent dans la production (préparation du sol, semis, désherbage, récolte), l'après-récolte (battage, vannage, etc.), la manutention, la transformation (étuvage, nettoyage et tri des produits transformés) et la commercialisation. "Plusieurs Etats d'Afrique de l'Ouest souhaitent améliorer la rentabilité de ces opérations", note Marnie Pannatier, de notre équipe d'Agriservices. "L'objectif est de motiver les jeunes à rester dans leur région d'origine et à investir professionnellement dans la chaîne de valeur du riz".

Pour remédier à cette situation, notre Fondation s'est engagée dans une initiative de deux ans appelée PEJERIZ. Il s'agit d'une abréviation française pour promouvoir l'emploi des jeunes dans les filières rizicoles d'Afrique de l'Ouest. "PEJERIZ a permis de promouvoir les opportunités d'emploi et la création d'entreprises durables pour les jeunes dans les zones rurales", explique notre directeur national pour le Sénégal, Alassane Aw. "Il s'agissait de capitaliser sur la capacité des jeunes à stimuler l'innovation et à dynamiser le secteur". Le travail a été financé par le CTA, un centre soutenu par l'Union européenne qui fermera ses portes à la fin de cette année. Notre partenaire de mise en œuvre était AfricaRice.

L'initiative comportait deux volets. L'un était le renforcement des capacités pour l'engagement des jeunes dans l'agrobusiness.  Ce volet était axé sur le développement des compétences techniques et de l'expertise pour un entrepreneuriat durable chez les jeunes.  Dans l'autre volet, pour le développement des entreprises et des liens avec le marché, AfricaRice a accordé des subventions compétitives à 74 jeunes agri-entrepreneurs. Ils provenaient des secteurs de la production, de la transformation, de la commercialisation et des intrants agricoles. À l'issue d'un processus de sélection rigoureux, ils ont également bénéficié d'un encadrement, d'un mentorat et de liens bancaires pour obtenir des crédits supplémentaires.

 

Quels ont été les résultats de PEJERIZ ?

Notre directeur de pays pour le Mali, Salif Kanté, indique que 661 nouveaux emplois ont été créés entre les deux pays. "En deux ans, PEJERIZ a également augmenté les revenus de 1176 petits producteurs de 107%".

Grâce au volet "Développement des entreprises et liens avec le marché", nous avons mis en place onze centres de mécanisation agricole, appelés localement CEMA. "Cinq centres au Sénégal et six au Mali ont bénéficié d'un mécanisme de fonds de garantie et d'autres lignes de crédit pour les machines", commente Marnie Pannatier. Ceux-ci provenaient, par exemple, de l'Agence française de développement, en collaboration avec la Banque agricole du Sénégal et la Banque nationale de développement agricole du Mali. Plus de 3000 producteurs ont bénéficié des services de la CEMA pour des tâches telles que le labourage, le buttage, le billonnage et la récolte.

Les CEMA ont également fait leurs preuves en tant que plates-formes pour l'innovation rurale et la création d'emplois. Outre les postes de conducteurs de tracteur, de mécaniciens et de gestionnaires, PEJERIZ a également permis l'émergence d'une nouvelle profession appelée "agent prestataire de services" ("APS" en français). Comme l'explique Alassane Aw : "Les APS sont des jeunes formés à l'utilisation de services numériques tels que RiceAdvice ou Hello Tractor. Equipés d'une tablette, ils conseillent les agriculteurs sur la bonne utilisation des engrais, mesurent la superficie exacte des parcelles et organisent les réservations de machines CEMA. Ils reçoivent un paiement en espèces ou en nature pour chaque hectare suivi avec RiceAdvice".

La CEMA au Sénégal et au Mali a recruté 55 APS. Ils ont déjà conseillé plus de 6500 producteurs sur les bonnes pratiques agricoles. Kah Amadou Diop, un APS de Kassack Nord, au Sénégal, déclare : "Avec les outils numériques, nous pouvons aider les agriculteurs de nos communautés à augmenter leurs rendements. Le travail nous a permis d'améliorer nos moyens de subsistance et de rester chez nous".

Kadiatou Diop, du Mali, raconte sa réussite en tant que jeune femme APS. Mariée et mère de deux enfants, PEJERIZ lui a permis de travailler pour la CEMA Sigida Yiriwaton. "J'ai guidé 50 agriculteurs avec RiceAdvice, dont 13 pendant la basse saison de l'année dernière et 37 en hiver. Mon travail à l'APS m'a permis de devenir entrepreneur et propriétaire d'un élevage".

Avec son premier salaire en mai 2019, Kadiatou a acheté une chèvre qui a rapidement mis bas. Le troupeau a maintenant atteint une douzaine d'animaux. "De plus, les agriculteurs qui étaient contents de leur récolte de riz m'ont donné chacun quelques kilos. Au décorticage, j'ai obtenu 100 kg. Notre ménage a consommé ce riz tout au long de l'année 2019. Je suis très heureuse et mon mari aussi. Le fait d'être APS a transformé ma vie financière. Aujourd'hui, je n'ai plus à me soucier de subvenir à mes besoins et à ceux de mes enfants. Si je vends une chèvre, elle peut subvenir à mes besoins quotidiens. J'encourage mes collègues APS à faire de même. Le salaire de l'APS n'est peut-être pas suffisant en soi, mais nous pouvons créer et ajouter d'autres entreprises qui nous rapporteront de l'argent. J'aime le travail de l'APS et je continuerai à le faire même maintenant que PEJERIZ a officiellement terminé. »

Notre Fondation s'est également engagée à stimuler l'esprit d'entreprise chez les jeunes dans plusieurs autres pays. Un récent webinaire, par exemple, a porté sur notre étude avec l'IFPRI au Nigeria.